FORUM SAINT-JOHN PERSE

Forum de discussions du site Internet Sjperse.org. Discussions et réflexions à propos de Saint-John Perse et de sa poésie ; informations relatives à la diffusion de son oeuvre.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La dissertation des externes LM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Mar 12 Juin - 2:20

Je vous félicite très vivement pour ce résultat, dont je partage l'enthousiasme avec vous. Gardez la cap.
Bien à vous, Loïc Céry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Dim 15 Juil - 20:20

Cher Loïc,

Pour vous donner des nouvelles, je n'ai pas eu la chance d'être admis. Malgré un ensemble de notes meilleures que l'année dernière tant à l'écrit qu'à l'oral, je n'ai pas atteint la barre d'admission qui m'échappe de quelques dizaines de points.
Au sujet de la composition qui intéresse SJP, j'ai eu 7, ce qui m'a déçu. Avec une note telle que 12 à cette épreuve (dans l'ordre des notes que j'étais éventuellement susceptible d'attendre, au vu des exercices faits dans l'année et au vu de ce que vous m'aviez dit), j'aurais été admis.
Après discussion avec d'autres admissibles, je me suis rendu compte que j'avais sans doute trop critiqué la formulation du sujet et congédié le problème de l'engagement, ce qui n'a pas du plaire au jury. Une amie admissible a eu 10 avec une connaissance apparemment plus légère de l'auteur que la mienne, mais en ayant rivé sa réflexion sur la question de la littérature engagée.
Quant à une autre amie admissible, elle doit son admission à une explic sur SJP particulièrement réussie (17).

Des destins divers ...

I.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Dim 15 Juil - 22:44

Et bien je suis également déçu pour vous ; ne perdez pas espoir toutefois, pour retenter l'aventure. Néanmoins, j'insiste encore sur la difficulté qu'il y avait dans ma position, à vous faire part d'un avis sur lequel vous pouviez vous fonder : vous savez combien une copie correspond à un ensemble de facteurs et combien il convient de juger sur pièce, ce que je ne pouvais faire en tout état de cause, n'ayant pas votre copie sous les yeux (dans bien d'autres cas, des candidats plus chanceux m'ont, à l'inverse, confirmé la bonne impression que j'avais eue à lire leurs messages de compte-rendus). En outre, pour ce qui a trait à la question de l'engagement dans le sujet, je n'avais pas dit qu'elle pouvait être éludée en tant que telle, mais qu'il convenait de l'aborder à partir du thème de l'ontologie, qui était l'autre versant de ce sujet, et le versant décisif. Votre amie aura eu plus de succès, mais certainement pas en axant son raisonnement sur la squestion de la littérature engagée... Elle aura eu plus de succès que vous en raison même de cette alchimie toute particulière que vous savez, à propos d'une copie donnée : n'oubliez pas que l'agrégation est un concours, et non un examen - que vous auriez peut-être obtenu selon les seuls critères du traitement de la problématique, qui était d'ailleurs le seul point dont je pouvais juger en me fondant sur des plans proposés à mon appréciation, et en l'abscence, encore une fois, de l'objet même de mes impressions, à savoir les copies en question. Les lois du concours, que vous connaissez, reposent bien sur une certaine dose d'arbitraire, vous ne l'ignorez pas. Si vous repassez le concours d'agrégation l'année prochaine, je vous souhaite une meilleure réussite, et je vous réitère mes encouragements.
¨Bien à vous, Loïc Céry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Lun 16 Juil - 11:10

Citation :
En outre, pour ce qui a trait à la question de l'engagement dans le sujet, je n'avais pas dit qu'elle pouvait être éludée en tant que telle, mais qu'il convenait de l'aborder à partir du thème de l'ontologie, qui était l'autre versant de ce sujet, et le versant décisif.
Quant à moi dans ma dissertation j'ai bien expliqué ce que vous savez à propos du rapport de SJP au biographique pour effectivement river ma réflexion sur la question ontologique. Je pense sincèrement que le jury n'a pas aimé que je remette en cause (dès l'intro) la validité de la formulation de JPR et que je congédie la question de la littérature engagée.
On m'avait déjà dit dans des cours de méthodo qu'il ne fallait en général pas trop remettre en cause la validité du sujet, mais là cela me paraissait tellement évident, en ajoutant que la critique de JPR datait d'avant la parution de bcp de poèmes de notre programme.

Quant à "l'alchimie" de ma dissertation je pense lucidement qu'elle n'était pas différente de celles que j'ai déjà faites et dont vous avez pu prendre connaissance. Je me suis même senti plus inspiré concernant la question ontologique à partir du propos de JPR que sur cette dissertation que je vous avais envoyée.

Reste à attendre le rapport du jury pour avoir une idée des critères invoqués pour l'évaluation ...

Merci pour vos conseils et encouragements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Lun 16 Juil - 13:56

Précisément, il ne fallait pas congédier la question de l'engagement, mais l'amener sur un autre terrain. Bien sûr, c'est avec des trésors de nuances qu'il convenait de discuter du sujet, mais comme je l'avais dit, le lieu n'était peut-être pas le mieux choisi pour le faire, au sein même de la dissertation : le risque est toujours grand dans ce cas (nécessaire stratégie). Tout, en fin de compte est question de dosage, et je dois dire qu'en l'occurrence, en essayant de me mettre à votre place, la mesure n'aurait cerainement pas caractérisé mon propos, et ma dissertation n'aurait pas été convenable, dans tous les sens du termes ; il y avait donc à mon sens un certain héroïsme, ou du moins un mérite certain à aller droit à la question de l'ontologie, en mettant de côté les confusions dans lesquelles Jean-Pierre Richard s'aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Lun 16 Juil - 14:59

J'ai congédié, certes, mais en transférant le problème comme vous le suggérez bien, et avec un certain nombre de nuances (un minimum). Honnêtement, je me souviens bien d'avoir réflechi sur les notions (et jeux de mot, très persiens) d'engagement/dégagement. Cependant comme je l'ai dit il semble qu'il eût fallu davantage centrer sur la question de la "littérature engagée" (personnellement je n'ai jamais aimé cette partie des études littéraires, ni ce terme), plutôt que sur la notion de dégagement ontologique qui a structuré ma composition.

Mais j'attends avec impatience le rapport, nous verrons bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Lun 16 Juil - 16:11

Ce n'est pas que je veuille jouer au ping-pong avec vos messages, mais une petite précision tout de même : il ne s'agissait pas de parler de "dégagement ontologique", mais bien plutôt de cette forme particulière d' "engagement" sur le terrain métaphysique... Encore que le terme d'engagement soit ici impropre. Je suis très gêné par l'application du terme d'engagement en ce qui concerne Saint-John Perse : cette notion n'a rien à voir avec sa poésie, et il existe même des textes dans la Pléiade à propos de l'horreur dans laquelle il tenait ce principe. Alors je le redis : en aucune façon on ne doit parler d'engagement au sens traditionnel à propos de Perse, le faire reviendrait à commettre un très lourd contresens. Par conséquent, je ne vois pas du tout ce que vous voulez dire quant à la nécessité qu'il y avait face au sujet, à focaliser le propos sur la question de la littérature engagée : cela n'a rien à voir avec Perse, au risque de me répéter voire de radoter. Il faudra se référer au corrigé, mais je ne vois absolument pas de quelle façon on aurait pu axer l'ensemble d'un raisonnement sur quelque chose qui n'existe simplement pas chez Perse.

Je ne tiens pas non plus à évoquer une sorte d'argument d'autorité sur l'insistance que j'ai à vous répondre sur ce point, mais enfin voilà - sans pouvoir en dire plus, discrétion oblige : j'ai longuement parlé de ce sujet avec le professeur qui a eu la tâche de l'élaborer. Quand je vous dis donc que la question de l'ontologie était bien centrale dans ce choix (tout dépend bien sûr de la façon dont on l'abordait), je ne le dis pas en vain, mais en connaissance de cause. Le seul "engagement" qui vaille chez Perse et de cet ordre, et là-dessus on pouvait argumenter, certes, et de manière très nourrie. Mais de littérature engagée, il ne peut être question. Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Mer 18 Juil - 11:10

Que vous dire de plus ? Je suis 200% d'accord avec tout ce que vous dites là et c'est bien dans cette perspective que j'ai traité le sujet (repassez un coup d'oeil sur mon plan, qui est tout de même la structure essentielle de ma dissert). Il n'y a que deux solutions (et je m'excuse d'insister mais une dissertation d'agrégation se dissèque surtout quand elle a une mauvaise note, je vous remercie à nouveau pour vos conseils) :
- soit mon plan est bancal, mauvais, voire hors sujet au moins par moment
- soit j'ai mal traité mon plan (pourtant avec la bonne connaissance de l'oeuvre que j'avais et les analyses que j'ai developpées dont vous avez pu voir un exemple, je ne pense sincèrement pas commis d'impair ...).

Tout cela m'amène à penser que si j'ai eu une mauvaise note c'est que j'ai congédié la question de la "littérature engagée" (expression qu'utilise tout de même JPR), parce que le domaine ontologique, franchement, je l'ai largement parcouru dans ma réflexion.

Bref, je serais assez tenté de tapper ma dissert (après l'avoir reçue) et de vous l'envoyer, si bien sûr vous acceptez d'en prendre connaissance DE VISU ...

Je vais aussi demander à mon amie admissible de m'envoyer des précisions sur la direction qu'a prise sa dissert. Quant elle m'a parlé de sa note et de son plan (après les résultats la semaine dernière), elle m'a clairement dit avoir rivé sa reflexion sur la question de la "littérature engagée", ce qui expliquait (a priori) par contraste ma mauvaise note.

En tout cas merci de votre patience et de votre franchise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Mer 18 Juil - 11:45

Je pencherais pour ma part du côté de votre seconde hypothèse... Car voyez bien que si Jean-Pierre Richard parle bien de littérature en gagée, c'est par antinomie, et pour bien montrer en quoi sur ce train, il convient plutôt de parler de "dégagement", montrant en quoi consiste le seul vrai engagement de la poésie de Perse, qui s'effectue sur le terrain de l'ontologie. Si votre amie a axé donc son raisonnement là-dessus, cela revenait par conséquent à traiter de cette focalisation-là, sinon elle faisait un hors-sujet et même un contresens. Mais comme vous dites, le résultat est là, c'est pourquoi j'attire encore votre atention sur ce point, plus que cruel : à un moment donné, en raison même de la strucure de ce concours, à savoir notamment du nombre limité de postes à pourvoir, la correction adopte des critères volontairement disciminants qui souvent ne tiennent à presque rien. C'est ce qui fonde le côté profondément aléatoire de ce concours, pour lequel il faut intérioriser une certaine dose d'achernement et, je l'ai toujours pensé, de masochisme. Car accepter cette règle du jeu du concours, qui ne prend pas simplement en compte la qualité des compositions, revient aussi à se dire que si cette année par exemple vous vous êtes trouvée du mauvais côté de la barrière, vous pouvez tout aussi bien inverser votre position l'année prochaine, avec le même hasard entrant en ligne de compte. Que voulez-vous ? Les choses sont ainsi, l'agrégation est aussi fondée sur ce fonctionnement assez absurde qui est celui de tout concours, et qu'il faut accepter ou fuir... Je compatis, et même j'enrage, mais les choses en la matière sont fidèles à ce qu'elles ont toujours été (sauf en période d'inflation des postes, crues très rares comme vous le savez).

En tout cas, pour le seul critère du discours critique sur Perse dont j'ai pu juger, vos analyses ont toujours été bien senties ; peut-être que le programme de cette année 2007-2008 vous sera-t-il plus favorable, avec Cervantès Gracq et Verlaine... N'oubliez pas : l'acharnement (et le masochisme).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Mer 18 Juil - 12:06

Merci pour ces paroles réconfortantes. Ce qui me scandalise en effet un peu c'est l'affirmation par les professeurs et les jurys que le concours est par essence égalitaire et donc parfaitement juste (la confession des oraux sert d'ailleurs souvent à dire "vous méritez votre mauvaise note, ergo vous méritez de ne pas avoir eu l'agreg cette année").

Je reviendrai peut-être avec des précisions de mon amie sur la littérature engagée, ou lors de la parution du rapport du jury.

A bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Mer 18 Juil - 12:27

D'une certaine manière, et dans un sens volontairement cynique, le concours est effectivement égalitaire, tout le monde étant au départ soumis à ce fonctionnement discriminant par essence. Et il faut bien que les notes soient justifiées d'une façon ou d'une autre, ça encore c'est de bonne guerre ; ce sont là les joies du concours. La solution, pour éviter ce genre d'absurdité, serait certainement de recourir à un numerus clausus quant à l'inscription, proportionnellement au nombre de postes à pourvoir... Mais la décision ne pourrait être que ministérielle, et ça...
Passez tout de même de bonnes vacances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Mer 18 Juil - 13:52

Un nombre impressionnant de témoignages de candidats de 2007 confirme qu'une (plus ou moins) faible connaissance et compréhension du texte de SJP* a permis à beaucoup d'avoir une bonne voire très bonne note, tandis que des agrégatifs fan de Perse et l'ayant beaucoup travaillé n'ont récolté (trop) souvent que des notes médiocres.

*ce qui signifie même souvent une lecture partielle de l'oeuvre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Mer 18 Juil - 22:58

Méfiez-vous des témoignages qui vont dans ce sens : ils sont faits justement pour "impressionner" et tout cela sent de toute évidence l'esbroufe. Je reste d'ailleurs assez songeur face à de tels témoignages, confirmant si besoin était que nous vivons un temps étonnant : naguère, ceux qui faisaient des "impasses" comme on nomme ce genre de choses, gardaient cela pour eux, préférant se prévaloir d'une culture solidement acquise, même en trompe-l'oeil. Aujourd'hui, c'est à l'inverse les impasses et les lacunes qui suscitent la fierté. Que voulez-vous - sinon le savoir, pour ne pas se faire d'illusion devant le changement radical des publics auxquels on a affaire aujourd'hui dans l'enseignement, à quelque niveau que cela puisse être du reste... et ce, jusqu'au sein des jadis sacro-saints concours d'enseignement. Peut-on considérer aujourd'hui quoi que ce soit comme sacro-saint ? Il y a quelques années de cela, Alain Finkielkraut avait parlé de la "pan-muflerie universelle". Nous y voilà.

Pour ma part, je ne tiens pas à trop m'étendre sur ce type de détail, qui tend à désespérer les plus valeureux esprits ; juste histoire de préciser encore ce qui suit. Pour ma part, il y aura toujours un malentendu quant aux motivations individuelles qui amènent les uns et les autres à préparer un concours d'enseignement. Pour ma part encore, j'ai toujours considéré la transmission de la culture littéraire comme une sorte de sacerdoce qui dépasse même les seules fonctions de l'enseignement... Jusque dans une certaine radicalité qui me laisse penser que l'enseignement des Lettres, surtout de nos jours, relève d'une mission et que seuls ceux qui en sentent la vocation devraient s'y destiner. Je considère tout cela, je le reconnais, avec une certaine gravité, tout en étant conscient du fossé qui sépare cet idéal de la réalité. Ma gravité est donc certainement outrancière en elle-même, mais là encore, que voulez-vous, on ne se refait décidément pas... Il est vrai qu'au cours de cette année, j'ai tenté d'intervenir au seul titre d'une certaine idée de la diffusion critique autour d'une passion pour Saint-John Perse que permettait, à trente ans de distance, la nouvelle occurrence de la présence d'oeuvres du poète au programme de l'agrégation... Je réitère ce que j'en disais au tout début de cette année universitaire : si cette année aura été l'occasion, en dépassant les strictes données d'un prétexte académique, pour beaucoup, de découvrir une oeuvre indispensable à leur vie et pas uniquement levier de la réussite au sésame d'une carrière, l'enjeu aura bel et bien été important. Et à en juger par nombre de messages qui sont venus agrémenter ce forum (mis en place dans cet esprit), messages intelligents comme les vôtres, à en juger aussi par les nombreux messages privés que j'ai reçus en ce sens d'un "sucroît" que représentait la présence de Perse cette année, à en juger par l'engouement suscité également par les journées que j'ai organisées en décembre, et par la revue, et par le dvd commercialisé... je n'ai réellement que des motifs de très vives satisfactions à témoigner, quant à moi - si tant est que mon témoignange puisse avoir quelque poids, devant les tonitruantes fiertés susdites... Vous comprendrez aussi que je n'aie pas de mal à retenir, par contrepoids à ce type de miasme, cette satisfaction par-dessus tout, quand je vous dirai par exemple, sans révéler l'identité de l'intéressé, qu'après les résultats de l'épreuve interne, un désormais nouvel agrégé m'a écrit en me disant, avec un profond excès, que son agrégation, c'est à moi qu'il la devait (sans commentaire), mais surtout, que cette année de préparation aura été pour lui l'occasion de découvrir une oeuvre qui avait changé jusqu'à son idée même de la littérature. Devant des choses comme celle-là, le seul commentaire qui s'impose : "mission accomplie".

En termes plus prosaïques, puisqu'il faut bien être prosaïque en nos temps de calculs, j'ajouterai encore ceci, qui est l'évidence même : sauf à se féliciter d'être une bête à concours qui survole les épreuves telle une brute épaisse couverte de lauriers (il en est, j'en ai souvent croisées), la meilleure voie pour ce type de concours demeure encore une sérieuse connaissance des textes. Même en faisant l'économie de la passion - chose rare - et en se passant de l'intérêt intellectuel - chose exotique -, les sages agrégatifs auront tout intérêt, encore l'année prochaine, à s'arrimer à de fructueuses lectures et de solides préparations. A tous ceux que ne saisira pas l'impeccable maîtrise stylistique de Gracq, à ceux qui se passeront des tourments de Verlaine, à ceux qui jamais ne seront happés par les profondeurs abyssales ou lumineuses du Quichotte... on pourra toujours opposer la sagesse de l'aspirant fonctionnaire de première classe : tout agrégatif averti en vaut (au moins) deux. Flaubert avait dit que la bêtise est l'une des formes de l'infini ; que n'est-il encore des nôtres pour constater que notre époque aura su réconcilier la sagesse calculante de Monsieur Homais et la fierté savante de Pécuchet...

Bonne vacances à vous, Irmeyah, et "gardez le cap", quoi qu'il en coûte.
Bien à vous, Loïc Céry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Jeu 19 Juil - 12:02

Je vous remercie pour ces confidences et ces analyses psychologiques assez cyniques (Dieu sait que j'en suis friand !) des gens affichant de bonnes notes en épreuve majeure et pourtant n'ayant pas beaucoup travaillé l'oeuvre. Cependant je dois avouer que je n'aurais pas été capable d'un tel cynisme, sans vouloir vous offenser. Peut-être avez-vous raison, du moins en partie. Dans le désarroi général ou je suis en ce moment, je me garderai de trancher.

Malgré tout, je dois dire que mon amie est quelqu'un d'extrêmement sincère et de naturel quant elle me parle de ses productions. Avec un 10 sur Perse, cela ne lui a pas permis d'être admise. Elle a donc un ton désabusé quand elle parle de sa dissertation (comme moi d'ailleurs, sauf que moi il y a le désarroi en plus), et certainement pas un ton d'esbroufe. Elle ne compte a priori d'ailleurs pas retenter l'agreg l'année prochaine, et ne m'a donné des précisions que sur ma demande. Nous sommes deux bi-admissibles refoulés cette année encore et franchement nos échanges et confidences d'agrégatifs sont les moins hypocrites possibles (et je m'y connais en hypocrisie ...), comme le démontre sa confidence sur sa dissertation de comparée ...

Autre chose : ce qu'on pensait sincèrement de sa composition avant d'en avoir la note. Elle ne pensait pas l'avoir réussi, et elle est sincère quand elle le dit. Quant à moi je pensais l'avoir réussie, sincèrement. Et quel est le résultat ? Ceux qui pensaient réussir ont une note décevante voire basse et beaucoup ayant pensé rater obtienne une bonne note. Nous autres agrégatifs sommes des adultes assez lucides sur nous-mêmes, et je ne pense pas que des floppées d'agrégatifs se mentent et s'illusionnent les uns les autres. La (fausse et vrai) modestie joue énormément, il est vrai. Cependant, ayant parlé avec de nombreux agrégatifs sérieux et admissibles (donc ayant LE niveau), il faut constater que beaucoup confient avoir pensé réussir certaines disserts (et avoir obtenus de mauvaises notes), et d'autres affichent il est vrai une certaine méconnaissance de l'oeuvre (ayant obtenu de bonnes notes). Si cela vous intéresse vous pouvez visiter cette page de forum illustrant (ou pas) votre analyse psychologique :

http://capesentrouble.forumactif.com/Forum-Agregation-f24/conseils-des-admis-a-ceux-quiretentent-t22320-0.htm

Plutôt que votre cynisme, j'interpréterai donc en termes de "lucidité désabusée". Quant à l'intention d'impressionner les autres ... je ne sais pas. Par exemple moi-même j'affirme avoir pensé réussir la composition 1 cette année tout comme l'année dernière (Heptameron, que j'avais beaucoup aimé et étudié). J'ai eu 5,5 et cette année 7. Par contre, j'ai effectivement lu le programme des Poètes de l'amour (compo 2 2006) partiellement (surtout Pétrarque), et le programme de NRM de cette année, je l'ai lu en entier mais qu'une seule fois et avec très peu de critiques (avec impression de ne pas avoir spécialement réussi) : résultats : 11,5 l'année dernière et 11 cette année. Sincèrement, c'est à n'y rien comprendre, et c'est un biadmissible assez lucide et sincère qui vous le dit.

Pour ce qui est de la question de la littérature engagée, vous devez avoir raison, cependant mon amie ne semble pas avoir du tout intégré la question ontologique, et avoir centré sur la notion qui vous (et nous) rebute tant. Elle a peut-être lu l'Anabase. Quoi qu'il en soit, c'est bien vous qui disiez qu'il est impossible qu'elle est eu une note satisfaisante comme 10 en ayant axé sa réflexion sur cette notion impropre à Perse. Or sa dissertation ne semble même pas traiter de cette conversion d'engagement dont vous parlez souvent, et que pour ma part j'affirme sincèrement avoir développé. Fallait-il rester "bêtement" dans les termes du sujet ? Il semble bien, malgré tout ...

Après tout cela, je ne me tiens pas satisfait et allant jusqu'au bout de ma démarche docimologique et méthodologique, je ne manquerai pas d'essayer de lire le rapport de jury, sa copie, et de comparer avec la mienne quand nous les aurons. Cette démarche insistante, elle me semble bien nécessaire, après ces années d'étude assidue et de bonnes productions obtenues dans l'année, à chaque fois déçues par la note du concours ... (par contre mes notes d'oral cette année me semblent globalement logiques je dois le dire, il s'agit donc de la dissertation avant tout).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Jeu 19 Juil - 16:02

Cher Irmeyah, bien que je comprenne tout à fait votre volonté de décrypter ces notes reçues et les motivations des correcteurs, vous me permettrez en ce qui me concerne de mettre un terme à cette discussion qui devient stérile à mes yeux. Je vous ai dit tout ce que je pense des données que vous m'avez présentées, faisant la part des messages publics et privés (ce que vous ne faites plus : qui a parlé des confidences de votre amie, ici du moins ?). On épilogue, je me prononce en privé sur des motivations que je ne connais pas, vous mélangez les arguments d'ordre général que je vous ai présentés en stricte réponse à ce que vous avez écrit sur le forum public, et finalement on perd beaucoup de temps. Je ne vous en veux pas, mais ne perdez pas de vue ceci : je ne suis responsable ni des notes que vous avez reçues, ni des critères de correction, ni des propos des uns et des autres. Alors encore une fois, je compatis sincèrement, et vous encourage encore et encore à garder le cap.
Bien à vous, et passez cette fois-ci réellement de bonnes vacances,
Loïc Céry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Olivier



Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Jeu 19 Juil - 18:02

Irmeyah, je partage votre déception, mais je crois que Loïc Céry a raison: vous ne devriez pas, à mon avis, vous focaliser sur les pourquoi de ces résultats.
Je me permettrais de faire à l'exemple de Loïc deux remarques très franches.
D'une part, ne vous focalisez pas sur une unique copie. Chercher la rationalité sur le résultat d'une seule épreuve tient là vraiment de la gageure. S'il y a un semblant de justice, vous conviendrez que c'est plutôt sur l'ensemble des résultats qu'elle se manifeste.
D'autre part et surtout, il me semble complètement évident que les notes ne reflètent pas la connaissance que les candidats peuvent avoir de l'oeuvre. Tout simplement, parce qu'il y a le biais d'un exercice; et c'est tout de même cet exercice qui est évalué avant tout - dissertation ou explication de texte. J'ai passé l'ens cette année, je me suis tapé un 3 à l'oral sur une explication à gros coeffs. de Rousseau, alors que je connaissais pourtant l'oeuvre sur le bout des doigts, et mieux que le jury, si je peux me permettre. D'autres ont eu 19 sur Montaigne en ayant lu les Essais en diagonale (et effectivement, aucune fausse modestie non plus chez les gens auxquels je pense). Mais dans chaque cas, toute une énorme part de l'évaluation porte d'abord sur la méthode, sur la forme, sur la cohérence interne de la réflexion, non? Ce sont là les règles, les critères de sélection: beaucoup à redire bien sûr, mais pas d'arbitraire à proprement dit. Il faut essayer de s'y plier, même si c'est dur, et de poursuivre vos efforts.
Je crois qu'une fois passée la première vague d'amertume, bien normale, vous conviendrez avec moi que, malheureusement, aussi cruel que ce soit, toute la passion du monde et même une connaissance approfondie de l'oeuvre ne peut guère servir que de prérequis, de matière indispensable, mais non de gage de réussite. C'est le jeu cruel et ingrat des concours.
Mais ne vous inquiétez pas, je suis convaincu que la ténacité dans l'effort finit par payer. Après avoir été admissible, je pense que vous devez à tout prix ne pas lâcher prise: vous avez tout intérêt à retenter votre chance. Sans trop fanfaronner, je m'étais pris une raclée mémorable à mon concours l'an dernier, et c'est passé cette année. Donc je vous souhaite vraiment de le retenter, et courage!

Et, surtout, même si c'est effectivement plutôt secondaire à ce moment-là, je crois que Loïc Céry a complètement raison aussi: derrière toute la frustration bien légitime, d'après les messages que j'ai lus sur le forum, vous avez une approche de SjPerse et sûrement de la littérature qui est faite de ferveur, et cela, effectivement, c'est tout de même également très important. Pour l'instant vous n'avez peut-être pas tout le recul nécessaire, mais c'est évident, découvrir des oeuvres comme celles de Saint-John Perse apporte aussi beaucoup intérieurement. C'est aussi une richesse et un privilège que n'ont pas certaines personnes, fussent-elles plus chanceuses aux concours. Bon courage en tout cas.


amicalement,
Olivier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irmeyah



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Ven 20 Juil - 13:00

Je ne vous dérangerai donc plus sur ce sujet et si votre analyse de ma "défaite" malgré mon plan est bonne, reste à savoir comment il faut y remédier, car après la lecture de vos encouragements et de vos conseils bienveillants, je reste toujours pantois sur la manière dont ma copie a manqué le but.

Cela dit une fois le rapport publié j'aimerai probablement en discuter avec vous cher Loïc, si vous l'acceptez.

Olivier, je vous adresse un MP.

Merci à vous deux encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sjperse
Admin
avatar

Nombre de messages : 323
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/08/2006

MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   Ven 20 Juil - 14:34

Oui, Irmeyah, le moment venu, quand vous aurez pris connaissance du rapport, j'en discuterai bien volontiers avec vous : ce genre d'outil est justement conçu pour compléter les analyses a posteriori des uns et des autres. Alors à bientôt
Loïc Céry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sjperse.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La dissertation des externes LM   

Revenir en haut Aller en bas
 
La dissertation des externes LM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La dissertation (pour devoir de français/philosophie)
» Dissertation libre : Laisser libre votre pensée
» Le magazine littéraire du mois de juin !
» La voyelle interdite
» Daphne du Maurier inspire plusieurs projets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM SAINT-JOHN PERSE :: ARCHIVES : SAINT-JOHN PERSE À L'AGRÉGATION DE LETTRES 2007 :: Dialogues agrégatifs : discussions à propos de la présence de Saint-John Perse au programme du concours (session 2007)-
Sauter vers: